Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Instruction à domicile pour les 15 ans et +

  Bientôt la quille des contrôles !

  • Dernière année d'instruction en famille officielle puisque les déclarations sont à effectuer jusqu'à 16 ans. Les contrôles auront donc lieu jusqu'à 16 ans.
Ensuite aucune déclaration n'est à réaliser.

  • A 15 ans et plus votre jeune entend ne plus être considéré comme un enfant, il a de plus en plus besoin de liberté et de s'auto-gérer, encouragez-le. ☺ Après tout les oiseaux finissent par quitter le nid familial. ☺
  • Lorsque le jeune est instruit en famille, des questions se posent : comment l'instruire ? Faut-il le laisser se débrouiller seul ? Est-ce possible ?  

Tout d'abord quel est le projet du jeune ? 

Option 1 : Apprendre pour lui-même sans objectif de diplôme 

En effet passer un diplôme n'est pas une finalité en soi, en principe c'est un challenge ou une porte d'accès pour d'autres études ou certains emplois, on peut cependant apprendre sans avoir cet objectif.

La majorité des jeunes ayant grandi sans école n'ont plus vraiment besoin d'intervention parentale. Ils savent comment s'instruire. Cependant certains aiment qu'on les conseille ou qu'on leur propose des pistes de découvertes, en lien avec leurs passions ou projets.
En effet le ou la jeune a bien sûr toujours besoin de votre intérêt, que vous écoutiez ses projets, ses découvertes et qu'à l'occasion vous lui fassiez part de tel ou tel support/moyen/rencontre/animation qui pourrait l'intéresser.

C'est un peu différent pour le jeune récemment déscolarisé ayant l'habitude qu'on lui dise quoi faire, il lui faudra un peu de temps pour se déscolariser et s'investir sans qu'on le guide. Un certain nombre de jeunes peuvent alors tourner en rond dans un premier temps, se plaindre d'ennui, être plus grincheux. Ce ne sera pas forcément facile de discuter avec lui ou elle, tout dépendra de la relation que vous êtes parvenus à préserver, de vos caractères et des influences qu'il aura suivies.
Essayez de lui proposer des pistes susceptibles de l'intéresser sans être trop dirigiste au risque qu'il/elle se braque sinon. Encouragez-le à rencontrer et échanger avec d'autres jeunes sans école et des passionnés en lien avec ses intérêts.

Mais s'il apprend sans passer de diplôme, est-ce que son avenir n'est pas compromis? 
Tout d'abord interrogez-vous :
Combien de personnes font aujourd'hui le même métier qu'il y a 10 ou 20 ans?
Est-ce que les très diplômés ont tous réussi ? Ont-ils un travail en ce moment?
Est-ce qu'un diplôme garantit un emploi ?
N'est-il pas possible de reprendre plus tard des études ?
Sa décision de ne pas passer de diplôme aujourd'hui sera-t-elle la même demain?
Pour poursuivre cette réflexion je vous invite à retrouver mon article "Quelle orientation pour nos enfants?"

Option 2 : Passer un examen

Volontairement je ne vous indiquerai aucun temps de préparation, d'une part parce que ça dépend de l'examen mais aussi des moyens de le préparer (cours par correspondance ou pas) et enfin de votre jeune! Or il peut-être démoralisant de penser qu'un ado aurait préparé et réussi le bac en étudiant deux heures par jour, la pression ressentie peut alors être conséquente ! La dernière année du bac et dans une moindre mesure, l'avant-dernière année, ce n'était pas la réalité de mes filles qui ont beaucoup étudié dans cet objectif. N'oubliez pas que certains peuvent avoir plus de facilités ou difficultés que d'autres donc surtout ne vous stressez pas et ne stressez pas votre jeune avec un chronomètre !
Pour autant je ne crois pas qu'il faut oublier de vivre à côté : à la maison moins d'heures qu'à l'école seront nécessaires, que votre jeune en profite ! Celles-ci seront plus efficaces, il/elle ira à son rythme et aura du temps pour ses intérêts. ☺
  • Pourra-t-il/elle étudier seul(e)?
Facteurs à prendre en compte : son caractère, son degré de confiance en lui/elle, ses éventuelles difficultés et sa capacité à les gérer/contourner/compenser, mais également sa capacité à intégrer les codes scolaires qui comptent pour une bonne partie des notes.
Un jeune dys aura de toute façon besoin de conseils pour appréhender ces codes si importants à appliquer pour les examens.
De plus, il est difficile de se préparer absolument seul(e) ! Un retour sur ce qui est produit, un échange est important.
  • Cours par correspondance 
Le/la jeune pourra s'organiser seul(e) à partir des indications du cours. Il pourra utiliser les forums destinés à échanger avec ses camarades, demander conseil à ses professeurs ou tuteurs.
A l'occasion il vous demandera peut-être un conseil ou un coup de main.
A savoir : les cours par correspondance ne conviennent pas à tous les jeunes, certains ont besoin de décryptage et/ou d'une autre approche. Pour eux soit il faudra chercher une autre approche en remplacement ou complément soit utiliser des cours par correspondance uniquement pour certaines matières.
  • Cours particuliers
Un cours particulier avec un accompagnateur motivé et compétent, c'est un bon moyen de progresser ! ☺
Encore faut-il avoir les finances qui correspondent. Pour des cours ponctuels vous pouvez essayer des échanges de compétences entre familles non scos ou avec des amis ou encore avec un réseau de type SEL.
  • Sans cours particuliers ni par correspondance.
Certains jeunes parviennent à choisir seuls leurs supports, la majorité des jeunes a besoin qu'un parent l'accompagne dans ce choix ou choisisse pour elle ou lui.
Ensuite si certains parviennent à étudier seuls, la majorité a besoin qu'un adulte relise les exercices réalisés, écoute les interventions orales et donne son avis afin de s'améliorer.
Dans la plupart des cas les préparations et/ou accompagnement par les parents sont importantes. 
  • Dans tous les cas
Nous sommes une minorité à avoir accompagné nos enfants jusqu'au bac mais c'est possible ! ☺
N'hésitez pas à parcourir les billets du blog Apprendre avec bonheur : la collecte d'informations prend un certain temps, tant mieux si vous en gagnez un peu en retrouvant ici des informations déjà triées. ☺ Sur ce blog, les informations concernant le bac sont là.
D'autre part, n'hésitez pas à consulter le site Eduscol qui recense des grilles de notation et les modalités des diplômes.

Un groupe sur Facebook permet des échanges : Lycée et + sans école
 
Sélection de blogs sans école avec des pistes pour accompagner les 15 ans et plus


A l'ombre du cerisier : 6 enfants nés entre 2000 et 2013
Apprendre avec bonheur : 2 jeunes ayant obtenu le bac sans école ni cours par correspondance
Clémence Cazenave Tapie : Instruction d'une jeune fille autiste née en 1999, Ief depuis sa petite enfance.
Le blog d'Augustin, champion des progrès : Jeune autiste instruit à la maison né en 1997.
Théo m'a lu Anne : 3 grandes ayant obtenu le bac sans école dont deux sans cours par correspondance et un jeune autiste né en 2003 instruit en famille   


Merci d'avoir lu cet article et à bientôt ! 

 Découvrez tous les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog: clic sur "S'inscrire".

Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre