Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

L'omerta de l'instruction en famille

Aujourd'hui, je souhaite aborder avec vous les difficultés de l'instruction en famille.
En effet, sur les sites, les blogs, et même les reportages/documentaires, on nous montre généralement de bien jolies images de l'instruction en famille. Or une image, ce n'est pas la réalité, c'est une projection d'un moment choisi.
Il y a quelques années, une amie s'insurgeait en parlant d'omerta car elle se trouvait en grande difficulté. J'ai choisi de reprendre ce terme afin de montrer combien la pression est grande, combien il est difficile de parler des difficultés.
Oh, pas à cause des autres familles sans école car celles-ci sont généralement prêtes à soutenir et, en particulier dans les rencontres sans école,  nous échangeons aussi à propos de nos difficultés.
Mais à cause de la pression extérieure.

Une maman scolarisante en difficulté ne se voit pas remise en question si ça ne va pas à l'école.
Une maman sans école, si.
Les blogs et sites prenant fait et cause contre l'instruction en famille sont légions !
Certains prétendent même avoir mené une enquête approfondie et pointer ce qu'ils croient savoir. Bon certains prétendent aussi informer et conseiller sur l'IEF sans connaissance, sans expérience.
Les familles sans école sont attendues au tournant.
Pas constamment, mais presque.
Comment oser parler de ses doutes ?

Et puis, sur les blogs, sur les réseaux sociaux, les autres familles semblent tellement assurer à tous niveaux, on se sent bien médiocre...

STOP à l'auto-flagellation.
STOP à l'omerta.
STOP aux pointages de doigt à tout va.
Oui, les familles sans école connaissent des doutes, des difficultés plus ou moins grands.
Comme vous, parent avec école.

Pourquoi ? 

Première raison : La pression extérieure

Comme vous l'avez compris, la pression extérieure est intense, forte, écrasante.
Un parent sans école risque donc de songer qu'il n'a pas le droit à l'erreur.
L'avenir de son enfant repose entre ses mains, uniquement entre ses mains !
L'entourage peut guetter l'erreur plus ou moins consciemment.
L'inspection académique cherche trop souvent les failles.
Il faut réussir, absolument réussir.
L'enfant écrasé par cette pression se bloque ou entre en rébellion. Les difficultés commencent...

Seconde raison : La pression interne

Cette fois, c'est le parent sans école qui a très peur de se tromper, peur de ne pas réussir.
Il pèse sur ses épaules une pression considérable.
Pression qui, une fois encore, vient perturber l'enfant...

Troisième raison : Les souffrances scolaires

Lorsque l'enfant a un passé scolaire difficile, il a besoin de le digérer.
Pour y parvenir, il a besoin de passer par une phase de déscolarisation et une phase de digestion.
Cette phase peut nécessiter une absence ou un allégement des supports formels pendant quelques temps.
De plus, l'enfant scolarisé ne peut pas dire "stop", il ne peut pas exprimer que ce qu'il vit ne lui convient pas, il ne peut pas bouger librement, il ne peut pas exprimer son ras-le-bol, sa fatigue, son découragement et le fait qu'il avance sans avoir compris. Toute cette tension interne peut donc exploser et créer des conflits parent-enfant.
Cette phase est parfois verbalement violente, l'enfant extériorise. 

Quatrième raison : Le profil particulier

Dans cette situation s'ajoutent des difficultés en lien avec le profil particulier de l'enfant.
La pression extérieure peut être encore plus forte...
Le pire, c'est que ces mêmes personnes qui insistent fortement peuvent vous dire des années plus tard "si j'avais su, je me serais comporté autrement".
Et bien justement, on ne sait pas ce que l'autre vit, les profils particuliers ne sont pas simples à prendre en compte. En fonction des difficultés de l'enfant, il faut s'adapter. Les outils manquent.
C'est une des raisons qui m'ont fait créer Des Ailes pour apprendre (lien)

Cinquième raison : La configuration familiale

Un nouveau bébé aux forts besoins.
Une grande famille.
Un parent solo.
L'absence de soutien extérieur.
La fragilité personnelle liée à des évènements extérieurs.
Des problèmes de santé.
Bien des situations peuvent compliquer le quotidien.

Sixième raison : La comparaison

Comparaison à un modèle.
Comparaison à un blog, à un partage sur un réseau.
Attention : n'oubliez pas qu'une image est seulement une image.
Des mamans super héroïnes, ça existe ?
Certaines sont plus inventives, plus résistantes, certaines ont des enfants plus "faciles". C'est aussi une réalité.
Vivez simplement votre vie à vous :)

Septième raison :  Des choix qui ne vous correspondent pas

Alors oui, osons le dire, l'instruction en famille ne convient pas à chacun.
Mais le plus souvent, ce sont surtout les choix faits qui ne nous conviennent pas.
Exemples :
  • Transformer la salle à manger en salle de classe et ne plus avoir de pièce à vivre. 
  • Au contraire ne pas avoir de pièce pour apprendre alors que vous aimez les espaces distincts
  • Avoir des horaires plus ou moins rigides alors que vous n'aimez pas les horaires ou que votre enfant ne les supporte pas. 
  • Opter pour des cours par correspondance alors que c'était le modèle "école-scolaire" qui ne convenait pas. 
  • Opter pour le unschooling et attendre que tout vienne de l'enfant alors que c'est très angoissant pour vous et, qu'au passage, le unschooling ne signifie pas tout attendre de l'enfant.  Pour rappel présentations du unschooling là.  
  • Etc.
Il n'existe PAS de réponse universelle, seulement une réponse familiale. 

Huitième raison : Différence de rythme parent/enfant

Nos enfants ont beau être nos enfants, ils peuvent très bien ne pas avancer au même rythme que nous.
Par exemple, je suis quelqu'un de plutôt speed et une de mes filles aime à prendre son temps. A chaque fois que je l'ai oublié, nous nous sommes opposées.
En instruction en famille, plus qu'avec n'importe quel autre choix, on apprend la concession, l'accord avec des rythmes et des besoins différents.

Neuvième raison : L'isolement

Lorsqu'on est très isolé, les difficultés tendent à être plus fortes.
Il est donc important d'échanger dans des groupes, d'essayer également de trouver quelque soutien dans l'entourage.

Dixième raison : Les rancoeurs

Difficile à admettre, mais parfois nos rêves et nos besoins entrent en conflit avec ceux de notre enfant. Une situation plus ou moins latente de rancoeur peut alors se développer.
Je vous conseille la communication et surtout de prendre également soin de vous en vous accordant des besoins fondamentaux satisfaits avec, par exemple, une activité extérieure.

Conclusion 

Ce billet est long, des pistes-solutions sont déjà dans le billet. N'hésitez pas à fouiller sur le blog, mais aussi sur mon site car j'y propose de nombreux outils de soutien, pas seulement des supports pédagogiques. Par exemple, vous pouvez retrouver ici "Les 10 clés pour une instruction en famille réussie".
N'hésitez pas également à consulter la rubrique Témoignages là et à m'envoyer le vôtre (témoignage libre ou bien je peux vous proposer des questions guides). Faire l'école à la maison existe pour informer et partager.

Prenez bien soin de vous !
 
Vous cherchez des outils sur l'instruction en famille, cliquez ici pour télécharger gratuitement votre livret "10 clés pour réussir son instruction en famille", pour découvrir mes autres outils gratuits et mes supports pédagogiques
Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre