Accéder au contenu principal

Bacheliers sans école en 2017 : résultats de 22 candidats



Lorsqu'on débute l'instruction en famille, on ne sait pas toujours jusqu'à quel moment notre enfant restera sans école. De plus, parfois le passage à l'IEF est précoce, parfois tardif.
En tout cas, on s'interroge régulièrement : pourra-t-il obtenir le bac sans école?
Aujourd'hui je vous propose de découvrir les résultats de 22 jeunes sans école, certains ont été scolarisés pour cette préparation, d'autres non. Pour ces candidats sans école, différents choix ont été réalisés.

Pourcentage de réussite de ce panel

17 candidats sur 22 ont obtenu le bac donc 77, 27 % de réussite, vous verrez cependant que ce pourcentage est plus élevé si on tient compte de l'implication des jeunes, des souffrances scolaires passées et/ou qu'on présente une règle essentielle , au moins pour les bacs généraux (cf. bilan). ☺

Quelques précisions : Instruction en famille (apprentissages dirigés ou semi-dirigés par les parents)- Unschooling (pas d'apprentissages imposés) - CPC : cours par correspondance.

Sur les 5 candidats ayant échoué, 4 ont été déscolarisés tardivement :
- Ecole, collège, 3 ans de CPC
- Ecole jusqu'au lycée, 2 ans de CPC
- Ecole, collège, 3 ans Instruction en famille
- Ecole jusqu'au lycée, 2 ans d'Instruction en famille
Or, une déscolarisation tardive intervient souvent en raison de souffrances scolaires...

Une candidate unscho n'était pas très motivée.

10 candidats sur 22 ont décroché une mention dont 4 mentions Bien et 4 mentions Très bien.

Raisons avancées pour ce passage

  • un objectif précis où le bac est nécessaire
  • "pour voir"
  • par défi
  • "pour avoir la paix" ou "pour montrer l'instruction véritable"

 Candidats scolarisés qui ont connu une période sans école

A. : Instruction en famille jusqu'au milieu du collège- Collège, lycée- Bac général
A. : Ecole- Unschooling de 6 à 11 ans- Collège, lycée - Bac général mention bien
L. : Instruction en famille, puis cours PI- Une année au lycée- Bac général mention très bien
M : Unschooling jusqu'à 10 ans- Collège, lycée- Bac général mention très bien
P. : Instruction en famille du CM1 à la 4e incluse- Collège, lycée : Bac général mention bien
S. : Unschooling- Puis 3 ans au lycée - Bac général

Candidats avec cours par correspondance (CPC) au moment du bac

D. : Ecole jusqu'au lycée - 3 ans de CPC : Echec au bac général
E. : Jamais scolarisée. CPC - Bac mention très bien
H. : Unschooling - collège depuis la 5e- puis lycée- CNED 1 an : Bac général mention très bien
J. : Ecole- 2 ans unschooling - Cours du CNED - Bac général
S. : Ecole, collège, lycée- Intenses souffrances scolaires- 2 ans de CPC- Echec au bac général

Candidats instruits en famille (apprentissages dirigés ou semi-dirigés par les parents) au moment du bac

A. : Instruction en famille- Bac général 
A. : Ecole jusqu'au niveau lycée - Instruction en famille : Echec bac général
E. : Instruction en famille- Bac général
G : Ecole jusqu'à la 5e- CPC -Instruction en famille depuis 2 ans : Echec au bac général
M. : Instruction en famille jusqu'au CE2- 3 ans de collège -Instruction en famille- Bac mention assez bien
S. :  Ecole - Instruction en famille pendant 10 ans- Bac général

Candidats unschoolers (aucun apprentissage imposé) au moment du bac

A. : Unschooling depuis la maternelle - Bac général mention assez bien
A. : Unschooling depuis toujours- Echec bac général (y allait "pour voir")
L :  Une année au CP- Unschooling - Bac général mention bien (article ici)
L. : Unschooling depuis le CE1- Bac général
S. : Ecole au CP- Unschooling -Bac techno mention bien

Bilan 

Le bac est rarement une fin en soi. Il est une étape dans un parcours de vie, que cette étape se solde par une réussite ou un échec. Certains jeunes ayant grandi sans école ne tenteront pas le bac, ils essaieront un autre examen (DAEU ou CAP par exemple) ou bien construiront un chemin différent. C'est un choix respectable et qui n'a pas une valeur moins grande qu'un passage par le bac.

Quand l'échec à l'examen se produit :
  • Certains candidats y sont allés "pour voir". Ils ont généralement picoré le programme en sachant qu'ils pouvaient échouer. Ceux-là avancent à leur rythme, ils ont suffisamment appris à croire en eux pour rebondir. ☺
  • Certains échouent alors qu'ils voulaient vraiment réussir et il est alors difficile d'encaisser la nouvelle... C'est aussi pour eux que je tenais à écrire ce billet car rarement les parents osent témoigner : "est-ce que la communauté non sco acceptera qu'on ternisse l'image de réussite des jeunes sans école?", pire encore "est-ce que les détracteurs de l'IEF ne vont pas tomber sur nous... suis-je un mauvais parent?"... Pour ma part, je crois que la communauté non sco peut entendre une mauvaise nouvelle, c'est pour cela que j'ai écrit cet article parce que je ne crois pas que les familles sans école aient besoin d'entendre ou lire un discours utopiste qui entrainerait de grosses désillusions et pertes de confiance en soi en cas d'échec alors que certains conseils peuvent éviter cet écueil... Et puis, il est important que chacun ait le droit de s'exprimer, de dire son chagrin si besoin...  
  • Quant aux détracteurs, ils seront encore et toujours là. Même avec une mention bien au bac L, même avec un 19 en littérature et un 16 en philo pour L., j'ai entendu que ce n'était rien et que "c'était facile"... Merci de ne pas minimiser les efforts de nos jeunes! Ne tenons pas compte des détracteurs, ils ne construisent pas, leurs avis ne valent rien.
  • Alors pourquoi des échecs en dehors des jeunes qui ont tenté en "free style" sans vraiment s'impliquer parce qu'au fond ça ne les intéressait pas? Pourquoi un échec pour des candidats qui ont parfois étudié très dur? Et bien, une constante revient : la méconnaissance des codes, la non utilisation des annales. Or, je le répète souvent, au moins pour les bacs généraux, la connaissance des codes scolaires, des attentes de l'EN est indispensable... Je connais des jeunes bilingues qui ont parfois obtenu un 9 ou un 10/20 en langue étrangère... Un garçon très calé en chimie avait obtenu une note plus que médiocre il y a quelques années... Dans tous les cas, ce n'était pas une question de connaissances générales, mais de connaissances des codes. Le bac, ce n'est sûrement pas la période la plus intéressante de l'instruction en famille. Aussi observez des annales, regardez comment les réponses sont formulées (tout en gardant à l'esprit que ce sont des professeurs qui les ont réalisées et que le niveau est donc plus important que ce qu'on attend de vous). Quelques pistes supplémentaires en suivant ce fil sur Apprendre avec bonheur.
Rebondir
Après un échec au bac, différentes options se présentent :
  • repasser les examens puisqu'il est possible de conserver les notes supérieures à 10 et de repasser seulement les autres épreuves (lien). 
  • renoncer au moins pendant un temps T. ou attendre et passer le DAEU pour intégrer une fac par exemple
  • passer un autre examen
  • prendre une Gap year (lien)
  • imaginer un autre chemin de vie : certains vont jusqu'à créer leur société alors qu'ils sont très jeunes !
Et en cas de réussite ? 
Car oui, la question peut aussi se poser en cas de réussite ! Le bac est un diplôme, un sésame demandé pour différentes études, mais il n'est pas une fin en soi.
Et bien, des candidats décident finalement de vivre une Gap year (lien) qui parfois dure plusieurs années ! Ils prennent le temps de se construire, d'explorer encore, a fortiori lorsqu'ils étaient de jeunes bacheliers.
D'autres suivent le même parcours que bien des jeunes qui ont grandi à l'école : ils tentent l'université, ils bifurquent ou interrompent leur scolarité.
La vie n'est pas un chemin linéaire.
 
 Commentaire sur ces statistiques :
Dans tous les cas, il y a bien d'autres candidats dont je n'ai pas eu connaissance. Toutefois, tout au long de ces années, je n'ai jamais vu de statistiques comme celles-ci. Des statistiques ne pourraient d'ailleurs être complètes puisqu'il faudrait recenser tous les jeunes candidats au bac de cette année et leur parcours. Les miennes se basent sur la connaissance des candidats que j'avais (groupe d'échanges autour du bac), familles avec qui je suis en contact et témoignages spontanés aussi j'espère qu'elles vous aideront à y voir plus clair.

 Merci d'avoir lu cet article et à bientôt ! 


Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi instruire son enfant : 59 parents témoignent

En juin 2016, Crapaud Chameau nous a proposé de témoigner afin de connaître nos raisons d'instruire nos enfants. Quel que soit notre choix d'instruction (du plus au moins formel), nous avons été 59 à réagir.

Ces 59 témoignages sont à retrouver .


Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : Faire l'école à la maison L'école à la maison- Des pistes pour apprendre autrement

Des grilles pour les attendus des cycles 2 et 3

Avec le nouveau décret sur l'instruction à domicile, les cycles scolaires sont imposés (lien).
Ci-dessous, je vous propose des grilles cycle scolaire après cycle scolaire

Cycle 1 Le cycle 1 correspond à la période où l'instruction n'est pas obligatoire.

Cycle 2 : jusqu'au CE2 La grille des objectifs du cycle 2 est à télécharger ici.
comment atteindre ces objectifs de manière informelle. 


Extrait du bulletin officiel à citer si la personne en charge du contrôle est trop pressée...
"Au cycle 2, les élèves[1]ont le temps d'apprendre. Les enfants qui arrivent au cycle 2 sont très différents entre eux. Ils ont grandi et ont appris dans des contextes familiaux et scolaires divers qui influencent fortement les apprentissages et leur rythme. La classe s'organise donc autour de reprises constantes des connaissances en cours d'acquisition et si les élèves apprennent ensemble, c'est de façon progressive et chacun à son rythme."

Cycle 3 : jusqu'…

Que deviennent les non scos ?

Anciens non scos

Christopher Paolini, auteur d'"Eragon", "L'héritage", "L'aîné", etc. (article)Thomas Edison, inventeurAgatha Christie, auteure de romans policiersVictor Hugo (niveau primaire environ) : auteur, homme politique et poète français Jean d'Ormesson, écrivain et journaliste- vidéo ci-dessous :
Maud Fontenoy, navigatrice, animatrice et femme politique françaiseTaïg Khris, sportif de haut niveau et entrepreneur  - Interview sur Facebook ici.Arthur Ramiandriosa : garçon évoqué dans "La méthode Arthur" de José Ramiandriosa et "Mon école buissonnière" par ArthurAndré Stern, auteur de "Et je ne suis jamais allé à l'école" et compositeur Anne, étudiante future vétérinaireLucie docteure en archéologieLucie, 17 ans 1/2 Témoignage de Perrin, aujourd'hui adulte Quelques personnes connues sur Laia, ici.
Des études (lien sur les intitulés) : - Liens sur le site de LAIA
- Egalement sur LED'A
- Une étud…