Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Témoignage de Sylvie après deux années sans école



 "Si j’entame la rédaction de ce billet, c’est dans le seul but d’apporter mon témoignage sur le sujet de l’instruction en famille. Il n’a aucunement la vocation de dénigrer l’école ou l’Education Nationale ou d’enjoliver la pratique de l’instruction en famille (IEF). Mais nous sommes désormais une famille avec de l’expérience et, sans orgueil, je pense que notre parcours pourra éclairer le phénomène croissant de l’école à la maison.

Il y a deux ans, nous avons fait le choix, en famille, de déscolariser nos enfants. Bien entendu, on ne décide pas du jour au lendemain de ne plus faire suivre le chemin de l’école aux enfants! C’est une décision mûrie sur des mois de réflexions, de discussions, de constats, d’échecs...

Il y a deux ans, nous avions donc un bébé de quelques mois (qui ne faisait pas ses nuits), un enfant finissant son CP, un autre passant au Collège et un grand obtenant son brevet des collèges et se dirigeant vers la seconde générale. Deux années ont passé. Moins vite que lorsque nos enfants étaient scolarisés cependant. Deux années durant lesquelles notre famille a subi des bouleversements considérables. Mais surtout, nous avons réappris à vivre ensemble. Ces premières années d’instruction en famille ont révolutionné notre dimension familiale. Elle a gagné en cohésion, en partage, en sérénité et en joie de vivre. Bien entendu, choisir d’instruire ses enfants comporte son lot de difficultés. Le quotidien des parents n’est plus le même. Surtout si les enfants instruits ont des niveaux différents (ici, primaire, collège et lycée) et un bébé, à ne pas oublier. Forcément, au début, on retranscrit le schéma traditionnel classique de l’école à la maison : on reproduit le temps d’école. Mais on réalise vite l’erreur. Instruire en famille, c’est découvrir le monde qui nous entoure dans sa richesse et sa diversité : l’art, la littérature, la musique, le dessin, le sport, les inventions, les voyages, les rencontres...
Malgré les jugements et les critiques, les enfants et nous-même, cette année encore, choisissons cette voie d’apprentissages plus libre. Nous nous exposerons donc encore aux réticences des uns et à l’enthousiasme des autres. Seulement, aujourd’hui, nous sommes plus forts, plus sûrs et plus sereins. Car, notre fils aîné, en deux ans d’IEF, a décidé d’effectuer une année de formation professionnelle qu’il a choisie. Jeune et sans preuve de scolarité récente (car nous ne suivons aucun cours par correspondance), il a du passer des tests niveau Seconde/Première qu’il a réussi aisément. Il sera donc le plus jeune de sa formation !
Ce billet a été rédigé tel un témoignage. Les familles pratiquant l’IEF sont souvent assaillies de doutes. Car les retours sont rares. Or, la liberté d’apprendre permet à certains enfants de se forger une identité, de laisser libre cours à leurs passions, et de se construire en tant qu’individu unique.
Encore une fois, ce billet ne va pas à l’encontre de l’école. J’ai été moi-même une enfant heureuse à l’école. L’IEF est un choix de vie. Comme certains préféreraient vivre à la campagne ou sur une île. Beaucoup de personnes nous rétorquent qu’ils ne pourraient pas. Faute de patience, de culture, de moyens financiers... Au début, le débat était ouvert. Aujourd’hui, nous sommes fatigués de nous justifier. Nous n’avons pas plus de chance que les autres parce que nos enfants sont posés et calmes. C’est leur manière d’être. Nous ne sommes pas riches. Nous vivons avec un seul salaire (celui de mon compagnon) que je complète, au besoin, avec mon activité d’auteur pour le web. Nous vivons en marge mais nous avons une vie sociale : les familles non sco’ se réunissent entre eux plusieurs fois par mois. Nous ne sommes pas professeurs des écoles mais animés de curiosité et de soif de savoir. Nous ne sommes qu’une famille ordinaire ayant choisi son propre chemin. Vous pouvez considérer ce billet comme un bilan d’une famille en IEF pratiquant des apprentissages nécessaires aux tests pédagogiques de l’Inspection Nationale ayant lieu chaque année mais privilégiant de plus en plus la liberté d’apprendre de leurs enfants. Bonne rentrée ou non-rentrée à tous les enfants !
Sylvie"

Merci Sylvie de nous avoir proposé ce témoignage ! ☺


Merci d'avoir lu cet article et à bientôt ! 

Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire". 


Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre