Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Un parcours atypique et sans école : Oser être soi-même

Photo Pixabay


"De ma naissance à mes presque douze ans, je ne suis pas allée à l'école. Pas un pied, pas un orteil. Pas une once de moi-même n'avait mis un pied dans une salle de classe.

J'ai beaucoup déménagé, de ferme en maison, de maison en appartement, d'appartement en maison... et tout ce temps je suis restée non-sco. En environ deux heures de travail quotidien avec ma mère, j'en apprenais autant, voire plus que les enfants scolarisés. Durant mon immense temps libre, je lisais, dessinais, me rendais à diverses activités (sport, musique, arts plastiques...).
Nous faisions partie d'une association d'autres familles pratiquant la non-sco, où je pouvais donc rencontrer des enfants de tous âges, jouer avec eux, et m'ouvrir l'esprit. Rencontrer l'autre.
Mon enfance a été pleine de découvertes, de culture, lecture, musées, nature...

C'était parfois compliqué d'expliquer aux enfants scolarisés que je n'allais pas à l'école, pourquoi, et comment j'apprenais des choses. Il y avait souvent un petit décalage, et aussi de l'incompréhension.

Pour moi, la non-sco a été la phase la plus formatrice de ma vie, et celle qui m'a le plus apporté, de tous les points de vue. Elle m'a permis de grandir, d'évoluer et de m'instruire dans un cadre souple, ouvert et non-violent. Un cadre où l'on respectait mon rythme naturel, mes envies, ma personne tout entière.
J'ai grandi dans un milieu et avec des personnes qui n'étaient ni âgistes, ni racistes, ni sexistes, ni quoi que ce soit d'autre qui aurait pu affecter négativement ma personnalité.
J'ai donc pu me construire et évoluer selon ma propre personnalité, quasiment sans entraves. J'ai pu m'exprimer, apprendre les choses que je voulais apprendre, créer, lire, en toute liberté.

En 2011, pour des raisons diverses, je suis entrée au collège. En 5e.

Ça a été un des plus gros chocs de ma vie. Un monde d'intolérance, de moqueries et de haine se déployait devant moi, me faisant à tout moment sentir que j'étais différente, bizarre, pas normale.
Me faisant sentir que je n'étais pas à ma place, et que si je voulais l'être, je me devais de changer. Je devais être quelqu'un d'autre, ou du moins paraître. Moqueries, incompréhension, décalage, mal-être. On ne me prenait pas au sérieux, ou rarement.
Durant mes années de collège, je ne me suis jamais ou très rarement, fugacement, sentie à ma place. Je n'aimais pas les mêmes choses que les autres, je ne m'habillais pas pareil, n'avais pas les mêmes références, ne m'intéressais pas aux mêmes choses, et pour cela on me trouvait bizarre. J'étais la hippie de la classe, dans le mauvais sens du terme.
En 3e, j'ai commencé à rentrer doucement, imperceptiblement, dans ce moule ; à me fondre dans ce carcan. À me ''normaliser''. À adopter les mêmes us et coutumes que mes congénères scolarisés depuis leur plus tendre enfance. J'ai commencé, sans l'accepter, à m'adapter au milieu scolaire, que je qualifiais – et que je qualifie toujours - au plus profond de moi-même, de carcéral.

Arrivée au lycée, j'ai retrouvé une amie d'enfance, elle aussi ex-non-sco.

Ce fut une bouffée d'oxygène, l'électrochoc qui me fit tout remettre en question. Qui me fit prendre conscience que ce que je devenais n'était pas moi, et que je devais remettre en question tout ce que j'étais en train d'assimiler et d'intégrer malgré moi. D'un coup, je remettais tout en question, je me révoltais contre tout, et m'arrachais peu à peu aux sables mouvants qui avaient commencé à m'engloutir. Cette amie a été pour moi la perche me permettant de sortir du gouffre de la conformité dans lequel j'étais en train de sombrer sans m’en rendre compte.
Je ne dis pas qu'être conforme aux attentes de la société n'est pas une bonne chose, du moment qu'elle est consciente et souhaitée. Ce qui n'était pas le cas pour moi.
Je haïssais ce système, cette société de normes rigides et de codes pour moi absurdes.
Je haïssais ce système intolérant et irrespectueux, que cela soit de l'humain, de la nature, de la vie en général. Je haïssais ce système qui avait failli me rendre étrangère à moi-même et à mon être profond.

En parallèle, je supportais de moins en moins l'école et ses contraintes, ce rapport de force malsain entre adultes et enfants, cette injustice et cet irrespect qui nous étaient infligés sous prétexte que nous étions plus jeunes. Je ne supportais plus l'inertie des autres. Cette incapacité à penser par eux-mêmes, cette incapacité à vivre la vie pleinement, cette incapacité à remettre en question le moule dans lequel ils étaient coulés depuis la naissance. Je ne supportais plus l'obligation d'apprendre à la pelle des choses inutiles, sans aucune possibilité de s'exprimer, de faire entendre ses idées et sa voix, de penser par soi-même.

Je décidai de me révolter. De ne pas accepter. De refuser l'embrigadement de mon esprit et de ma personne.
J'étais une flamme que l'on voulait éteindre, peu à peu. J'étais au bord de l'extinction, et tout d'un coup, je décidai de lutter, et de me ré-enflammer, au moins par la pensée.
Le mal-être s'accentuait, ou du moins, il était différent. J'étais en décalage de par mes idées, mes opinions, ma rage contre le système. De par ma personne tout entière.
La prison qu'était pour moi l'école me rendait littéralement malade. Je ne la supportais plus.

Je ne voulais plus y aller. Je ne voulais plus que l'on me vole ma vie et que l'on me considère comme inférieure à cause de mon jeune âge.

Mes idéaux de plus en plus forts et de plus en plus ancrés en moi, l'importance que j'accordais à l'éthique, à la liberté, à l'honnêteté envers soi-même, à l'égalité et au respect entre tous les humains m'interdisait de supporter ce milieu qui me consumait.
J'imaginais une société autre, un monde autre. Je voulais m'enfuir, courir loin, très loin et rallumer irrévocablement la flamme que le système tentait d'éteindre.
En première, je décidai de ne pas faire ma terminale au lycée. Je supportais l'année avec comme lumière au bout du tunnel le fait que l'année suivante cela serait fini. Que je ne remettrais plus les pieds en milieu hostile et que je redeviendrais l'unique propriétaire de mon existence.

En septembre 2016, je commençai ma terminale au CNED.

Ce fut une libération. Même si je devais tout de même ingurgiter une quantité effrayante de connaissances abstraites et inutiles pour ma vie future, je le vivais mieux. Je pouvais enfin aller à mon rythme. Ne pas consacrer plus de temps qu'il n'en fallait à des choses qui n'en valaient pas la peine. Je (re)découvrais la liberté.

Malgré un stress important pendant ma préparation du bac, cette année de cours à distance fut la meilleure que je passais depuis longtemps. Entre manifs, livres, Maroc et musées, j'étais enfin moi-même. Le système me révoltait toujours autant, mais il n'exerçait plus de pression directe, continue et rapprochée sur moi-même, ce qui me le rendait plus supportable au quotidien.

Aujourd'hui, à dix-sept ans et un bac L en poche, je suis sur les bancs de la fac où j'apprends enfin des choses qui m'intéressent, sans pression autre que mon désir d'apprendre.

La non-sco m'a énormément aidée : à grandir et mûrir, à m'instruire, et a laissé des traces dans ma personnalité qui ne partiront certainement jamais. Elle m'a aussi permis de développer une relation privilégiée avec ma mère.

C'est grâce à cette éducation sans école que je suis aujourd'hui la personne que je suis."

Merci encore H. pour ce magnifique témoignage !

Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
 Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog.

Découvrez mes outils pour l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre