Accéder au contenu principal

Troubles d'apprentissage et école à la maison



De nombreux enfants scolarisés sont présentés comme souffrant de troubles d'apprentissage. 
Qu'en est-il en instruction en famille ?

Un enfant instruit en famille peut-il souffrir de troubles d'apprentissage ? 


Différentes observations et une ébauche d'étude auprès d'enfants sans école montrent que bien des difficultés disparaissent spontanément avec le temps ou qu'il suffit d'une approche différente pour un certain nombre d'entre elles.
Trop souvent le système classique attend des enfants les mêmes compétences à des âges similaires, trop souvent les particularités des uns et des autres ne sont pas suffisamment prises en compte. Des enfants se trouvent alors en difficulté, bientôt on parle de troubles d'apprentissages.

Anne-Marie Gaignard est un exemple vivant de faux diagnostic. Dans son livre "La revanche des nuls en orthographe",  elle explique ainsi que ses difficultés importantes étaient en réalité liées à une méthode qui n'a pas su lui donner les bonnes bases. Forte de son expérience et d'expérimentations auprès d'enfants et d'adultes elle a mis au point une méthode utile pour ceux qui ont simplement besoin de revoir ou consolider les fondamentaux.

Si un problème se présente, on devrait systématiquement se demander si l'enfant est prêt, s'il a envie d'apprendre à lire : on ne peut obliger personne à apprendre, on peut l'obliger physiquement à être là, mais on ne peut pas contraindre un esprit à apprendre. Chacun a son propre rythme ainsi aucun de nous ne marche ou ne parle au même âge, il est totalement artificiel de penser que tout le monde lira à 6 ans... Si on suit le rythme de chacun, certains lisent dès 4 ans quand d'autres ne lisent pas avant 9 ou 10 ans comme l'attestent différents témoignages et études sur les enfants sans école. Au contraire essayer en abusant du forcing, c'est le meilleur moyen de créer un blocage.

Avant tout diagnostic, on devrait s'assurer que toutes ces conditions ont été testées : 
- Changement de méthode.
- Méthode adaptée au fonctionnement de l'enfant, très fréquemment besoin de plus de manipulations.
- Rythme personnel respecté
- Désir (ou non désir) d'apprendre entendu, la motivation est la première clé

L'instruction en famille place l'enfant au coeur des apprentissages, un bon nombre de familles cherchent à suivre le rythme personnel de celui-ci, les apprentissages pouvant avoir un niveau hétérogène en fonction des "matières". On s'inquiète donc beaucoup moins de "troubles d'apprentissage.

Etre instruit en famille et dys

Cependant des troubles durables existent.
La dyslexie, la dyscalculie, la dyspraxie, l'autisme ne sont pas des "maladies à la mode", ce ne sont pas des maladies d'ailleurs, ce sont des modes de fonctionnement particuliers, un cerveau qui fonctionne différemment.  Ce n'est pas une personne "moins", simplement une différence. Pour moi il est scandaleux de nier leur existence... Nierait-on la paralysie, la surdité, la cécité de quelqu'un ? Bien sûr que non puisque ça "se voit".


Les troubles invisibles n'en sont pas moins réels.
Les nier revient à être comme le maître d'école sur l'image ci-dessus, à imaginer que chacun a les mêmes capacités, que chacun est identique.

Pourtant même avec des troubles dys, on peut réussir et progresser. Cela a été le cas de chacun des enfants que j'ai accompagnés. Les enfants instruits en famille sont certainement ceux chez qui c'est le plus évident, il suffit de se référer à l'ébauche d'étude évoquée plus haut. En apprenant à leur rythme et avec des outils adaptés, les enfants dys ne voient pas leur confiance en eux chuter de manière exponentielle comme c'est trop souvent le cas pour les enfants scolarisés. Ils peuvent surtout apprendre à développer leurs capacités et apprivoiser leur propre fonctionnement neuronal.
 
Merci d'avoir lu cet article et à bientôt ! 

Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire". 


Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un parcours atypique et sans école : Oser être soi-même

Photo Pixabay

3 anciens enfants sans école dont le métier est tourné vers les autres, une jeune fille en devenir

Photo Pixabay
"Nous avons choisi l instruction en famille pour nos enfants depuis 1999. Ce ne fut pas un choix contre l'école mais POUR nos enfants.

L'aînée a une capacité en droit obtenue par correspondance, puis elle s'est inscrite en DUT Carrières juridiques qu'elle a obtenue, puis a passé le concours d'assistante sociale, elle est diplômée depuis plusieurs années et n'a cessé de travailler depuis. 

La seconde a passé le concours d'auxiliaire de puériculture, métier qu'elle rêvait d'exercer depuis ses dix ans. Elle l'a obtenu. 16 candidats admis sur plus de 350. La formation s'est très bien passée. Elle a travaillé trois ans au même endroit et y a signé un CDI il y a peu. 

Le troisième a un profil plus particulier. Il est moins axé sur les études. Après un service civique de dix mois dans un centre pour personnes handicapées, il a occupé un poste d'éducateur spé dans un centre pour enfants placés par la justice. Ça fai…

Groupes locaux sans école