Accéder au contenu principal

Une année de transition sans école pour se libérer !


Le choix de l'ief est venu à nous et non l'inverse dans le sens où ce n'est pas un choix que l'on a fait depuis que nos enfants sont nées. En fait je ne savais même pas que cela était possible. 

Nous avons deux filles qui ont eu la chance d'aller dans une super école primaire, avec des professeurs à l'écoute et bienveillants envers elles. L'entrée au collège pour l'aînée fut un véritable choc. Devoirs en surabondance, évaluations à l'appel, le décalage avec la primaire fut assez violent. Mais "c'était comme ça" se disait-on son papa et moi, même si j'exprimais mon ressenti aux réunions. Ressenti considéré par les professeurs ou les parents comme une mère poule qui ne veut pas que sa fille grandisse. J'en ai entendu des "mais c'est comme ça dans le monde du travail, ils ne seront pas épargnés, tu ne peux les protéger tout le temps"... Ok, mais là ce ne sont que des enfants. En tout cas, notre fille était de plus en plus stressée. La barre était haute dans ce collège et comme ma fille était bonne élève, la pression l'était encore plus pour elle. On l'aidait comme on pouvait. On l'assistait dans ses devoirs pour être sûre qu'elle ne rende pas une page blanche. Les professeurs lui mettaient la pression, elle se mettait la pression et on se la mettait aussi. La tension le soir et le week-end était souvent présente. Elle passait son temps à travailler. 
Notre fille a commencé à perdre son sourire, son entrain et sa curiosité pour devenir un vrai petit "soldat", capable d'apprendre 4 pages par cœur en un minimum de temps,se relevant la nuit pour être sûre d'avoir bien appris. Quand elle avait 17,5 au lieu de 18 certains profs lui faisaient la remarque devant tout le monde. Elle revivait uniquement à la danse et en vacances, ses week-ends étant consacrés pour la plupart à effectuer sa tonne de devoirs. 6eme, 5eme, 4eme...Toutes ces années n'ont fait qu'empirer son état. Elle avait des fois jusqu'à 9 évaluations par semaine . Son eczéma empirait et la dernière année de collège, la peau de ses mains partaient en lambeau à chaque retour de vacances et rentrées scolaires. Mais comme elle faisait des allergies les médecins disaient que c'était normal, que c'était dû à cela. En parallèle je cherchais des écoles alternatives mais soit elles étaient trop loin, soit trop chères, soit s'arrêtaient au collège.  

Et puis une amie un jour m'a parlé d'André Stern et du fait qu'il n'avait jamais été à l'école. Je me suis renseignée et suis tombée sur nombre d'articles, documentaires et films sur l'ief. Ça m'a tout de suite séduite. Les enfants avaient l'air si épanouis. On en a parlé en famille. Ma fille a commencé à revivre en pensant à cette idée. Quand on parlait de cette idée d'arrêter l'école autour de nous, certains nous disaient qu'on était inconscient, qu'on brisait les études de notre fille, que faire cela l'année du brevet était fou, qu'elle serait comme dans une prison et qu'on la privait de son adolescence... Bref, on a tout entendu. 

Mais comme je suis en profession libérale et que pour nous il était hors de question qu'on la laisse une année de plus (de trop) et surtout celle du brevet qui serait à son maximum niveau stress on a sauté le pas. Qu'on nous croit ou pas, son eczéma a disparu. Ses mains n'en ont plus fait et à ce jour c'est toujours le cas. Notre fille passait son temps à chantonner,danser dans la maison. Elle, qui était de nature timide, s'est surprise à aller vers les autres avec plus de facilité qu'avant. C'était comme un oiseau qui sort de sa cage après 3 longues années. Elle revivait. Alors bien sûr il y a eu des moments de doute mais surtout distillés par les autres. Car,sincèrement, c'était le bonheur. Elle étudiait avec plaisir, s'est mise à adorer les maths car si elle ne comprenait pas,elle pouvait passer son après-midi à essayer de maîtriser le sujet. Elle s'est régalée de nombreux reportages et de livres sur les guerres mondiales. On a pris le temps d'aller voir musées et expos sur les sujets. Notre famille proche la soutenait et voyait bien qu'elle était heureuse. Elle s'est faite de nouveaux amis, elle a pu aller à des cours de danse en journée et reprendre confiance en elle.  

Elle a étudié sans prof particulier, se basant sur des cours trouvés sur le net. Elle a eu son brevet avec mention avec 0 point d'avance. Elle était aux anges et a encore plus pris confiance dans ses capacités. Ce fut une très belle année. Sa petite sœur en avait aussi les bénéfices car elle pouvait jouer avec elle le soir en rentrant de l'école et le week-end. Ce qui n'était pas le cas quand elle était au collège. Mais même si tout se passait bien, je n'avais pas envie non plus qu'elle reste sur cet échec scolaire et qu'elle sache qu'il existait des établissements scolaires bienveillants. Nous avons donc trouvé un lycée à pédagogie Steiner. Et comme il était inconcevable de faire vivre la même chose que l'aînée à notre cadette, nous l'avons aussi inscrite dans cet établissement qui fait collège. Elles y sont comme des poissons dans l'eau. Heureuses. 

Ma fille dit de l'ief que cela a été l'une de ses plus belles années, celle où elle a pris confiance en elle et découvert toutes ses capacités. Elle se plaît beaucoup dans son lycée et s'est de suite fait un groupe d'amis qui a l'air solide. Elle est plus sûre d'elle. L'ief peut aussi être un choix de transition comme cela l'a été pour nous. Nous y avons fait des rencontres formidables, découvert le sens du partage,de l'écoute et l'entraide entre parents. Ce qui n'était pas le cas au collège où tout n'est que compétition. Si c'était à refaire ou si le désir se présentait à nouveau nous le referions. Nous avons beaucoup appris sur nous pendant cette année d'ief. 
Un grand merci à Isa Lise qui dès le début nous a servi de guide sans jugement mais avec de l'écoute à tous moments. Ce fut une merveilleuse année qui nous manque des fois mais qui a permis à ce que notre fille soit celle qu'elle est aujourd'hui dans son nouveau lycée: une jeune fille heureuse, confiante et à l'aise."

Merci Carole pour ce magnifique témoignage !  
 
Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire".

Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un parcours atypique et sans école : Oser être soi-même

Photo Pixabay

3 anciens enfants sans école dont le métier est tourné vers les autres, une jeune fille en devenir

Photo Pixabay
"Nous avons choisi l instruction en famille pour nos enfants depuis 1999. Ce ne fut pas un choix contre l'école mais POUR nos enfants.

L'aînée a une capacité en droit obtenue par correspondance, puis elle s'est inscrite en DUT Carrières juridiques qu'elle a obtenue, puis a passé le concours d'assistante sociale, elle est diplômée depuis plusieurs années et n'a cessé de travailler depuis. 

La seconde a passé le concours d'auxiliaire de puériculture, métier qu'elle rêvait d'exercer depuis ses dix ans. Elle l'a obtenu. 16 candidats admis sur plus de 350. La formation s'est très bien passée. Elle a travaillé trois ans au même endroit et y a signé un CDI il y a peu. 

Le troisième a un profil plus particulier. Il est moins axé sur les études. Après un service civique de dix mois dans un centre pour personnes handicapées, il a occupé un poste d'éducateur spé dans un centre pour enfants placés par la justice. Ça fai…

Groupes locaux sans école