Accéder au contenu principal

Instruction en famille et Problèmes de comportement ? L'histoire d'une sauterelle.


Comme vous le savez (ou pas si vous venez d'arriver ici  ;)- bienvenue à vous), je communique beaucoup autour de l'instruction en famille. Pas parce que je considère que c'est la seule option valable : celles et ceux qui me suivent savent que je suis attachée au choix.
L'instruction en famille implique régulièrement des choix financiers. Et puis, malgré tout, c'est une responsabilité de choisir l'instruction en famille. Au moindre souci, on vous rendra responsable et vous risquez de vous sentir coupable. Nul besoin pourtant d'être hyper confiant(e) en soi pour résister, une fois encore, je vous recommande l'entraide, le fait de vous rapprocher d'autres familles sans école.

Si je communique autant, c'est parce que tout d'abord je crois à la liberté, à la nécessité d'avoir le choix. Nous ne pouvons pas être des personnes responsables si on nous dicte notre conduite. Il est de plus important de pouvoir explorer des chemins différents si nous le souhaitons et plus encore si cela ne va pas.
C'est la deuxième raison pour laquelle je communique tant : il est important d'avoir une solution alternative. Pour ma part, je sais que mes filles avaient besoin de ce chemin parallèle et que leur parcours aurait été autrement plus compliqué dans un système mal adapté à leurs particularités.

La troisième raison pour laquelle je communique tant, c'est afin de lutter contre les a-priori.
Ainsi, régulièrement, nous entendons que l'école est le seul moyen de socialiser l'enfant. Les très nombreux témoignages recueillis pour ce blog atteste pourtant que l'enfant sans école est socialisé.
Parfois, on nous annonce même des problèmes de comportement à venir chez les enfants sans école...

Or, pour avoir échangé avec des milliers de familles, j'ai pu constater que c'était l'inverse... Certains enfants présentés comme ayant des problèmes de comportement les voient même diminuer, simplement parce qu'à la maison, l'enfant est libre de bouger...
Une étude réalisée par Shyers en 1992, étude basée sur 70 enfants sans école et 70 enfants scolarisés (à chaque fois il s'agissait de 35 garçons et 35 filles de 8 à 10 ans), a révélé que les enfants scolarisés avaient huit fois plus de problèmes de comportement !

L'histoire de la sauterelle
Hier, un petit garçon ravi m'a expliqué que c'était très amusant car, à l'école, ils avaient trouvé une sauterelle. Avec ses copains, ils avaient joué à jeter la sauterelle sur les filles qui poussaient des cris.
Puis, lorsqu'ils en ont eu assez, ils ont tué la sauterelle...
A aucun moment, il n'avait pensé à mal, il n'avait simplement pas pensé, entraîné par le groupe...

Mes filles ont trouvé bien des sauterelles dans leur enfance, y compris avec leur groupe d'amis non scos. Je les entends encore s'extasier sur les sauterelles, les regarder sauter, remarquer qu'elles étaient différentes...
Pourquoi une telle différence ? Parce que tous ces enfants avaient appris à être respectueux des animaux...

Ce même petit garçon scolarisé a rencontré une couleuvre avec moi. Il a commencé par crier. Je lui ai expliqué qu'elle n'était pas dangereuse et que, d'une façon comme d'une autre, il fallait éviter les cris et mouvements désordonnés avec les serpents. Puis, ensemble, nous avons regardé la couleuvre traverser paisiblement. Il s'intéresse maintenant aux différences entre les serpents...

La différence, ce n'est pas l'école. La différence, c'est le regard que l'enfant est invité à poser sur l'animal. Si un adulte était intervenu, je ne crois pas que la sauterelle aurait été tuée. Mais il n'y avait aucune dispute, aucun coup. Une cour de récréation, c'est grand. Il a suffi d'un enfant, un seul enfant qui n'a jamais été habitué à penser que ce petit être, la sauterelle, avait le droit de vivre, il a suffi d'un seul enfant pour entraîner les autres pour que la sauterelle soit maltraitée, puis tuée.
Je n'ai pas toujours été avec nos enfants observateurs, mais pour elles : aucune pression, aucun besoin d'intégration dans un groupe classe non choisi. Leurs amis, elles les choisissaient.
Ce petit garçon a ri de la sauterelle torturée parce qu'il espérait ainsi être intégré...

Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire".

Découvrez mes livres sur l'instruction à domicile : 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un parcours atypique et sans école : Oser être soi-même

Photo Pixabay

3 anciens enfants sans école dont le métier est tourné vers les autres, une jeune fille en devenir

Photo Pixabay
"Nous avons choisi l instruction en famille pour nos enfants depuis 1999. Ce ne fut pas un choix contre l'école mais POUR nos enfants.

L'aînée a une capacité en droit obtenue par correspondance, puis elle s'est inscrite en DUT Carrières juridiques qu'elle a obtenue, puis a passé le concours d'assistante sociale, elle est diplômée depuis plusieurs années et n'a cessé de travailler depuis. 

La seconde a passé le concours d'auxiliaire de puériculture, métier qu'elle rêvait d'exercer depuis ses dix ans. Elle l'a obtenu. 16 candidats admis sur plus de 350. La formation s'est très bien passée. Elle a travaillé trois ans au même endroit et y a signé un CDI il y a peu. 

Le troisième a un profil plus particulier. Il est moins axé sur les études. Après un service civique de dix mois dans un centre pour personnes handicapées, il a occupé un poste d'éducateur spé dans un centre pour enfants placés par la justice. Ça fai…

Groupes locaux sans école