Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Enfant autiste : un accompagnement personnalisé et bienveillant qui éclaire l'avenir


Comme vous le savez, une des fonctions de ce blog est de relayer les témoignages de parents sans école.
Or, tout au long de ces années, j'ai échangé avec bien des mamans d'enfants autistes (autistes, autistes Asperger ou autistes de haut niveau - ici vous pouvez retrouver un fichier pour les enfants autistes et là, un autre pour les enfants Asperger). Depuis des années, je suis Valérie, maman de trois filles et d'un garçon, Théophile, qui est autiste.

Année après année, j'ai vu Théophile grandir, je l'ai vu s'épanouir et progresser grâce à  l'accompagnement de sa famille et plus particulièrement de sa maman. 

Hier, j'ai découvert un article où Valérie chantait sa joie des progrès accomplis par Théophile. 
Très souvent, trop souvent, on prédit un avenir très sombre aux enfants autistes.
Trop souvent, on imagine un enfant enfermé dans une bulle et ne pouvant pas ou peu accéder aux apprentissages. 
L'histoire de Théophile est là pour nous montrer qu'avec un accompagnement sur mesure, le présent, l'avenir peuvent être différents. 

Pour tous les parents d'enfants différents, pour tous les enfants différents, il était important de vous raconter leur histoire.
Merci beaucoup à Valérie d'avoir répondu à mon invitation


"Théophile a 16 ans et il est autiste. Il n’est pas autiste Asperger ni de haut niveau. Il a été diagnostiqué il y a 10 ans (il avait donc 6 ans ce qui est la moyenne du premier diagnostic en France – contre 2 ans aux USA ou au Canada par exemple). 
Petit, Théophile n’était « précoce » en rien. Il ne parlait pas notre langage, de nombreuses écholalies, stéréotypies, obsessions de toutes sortes sont apparues. Puis des troubles du sommeil, de l’alimentation, une hypersensibilité aux bruits, aux odeurs, des troubles sévères de la relation, une déficience intellectuelle se sont ajoutés. C’était il y a dix ans donc...
Conformément  à la législation qui laisse au patient toute liberté de choix des praticiens et de la prise en charge, nous avons fait appel à des professionnels.les oeuvrant dans le secteur libéral. Parfaitement formés aux méthodes comportementales, ils nous accompagnent depuis tout ce temps. Nous savons aujourd’hui que nous avons fait les bons choix.
Il s’est d’abord agi d’inscrire Théophile dans la relation aux autres, de lui apprendre les gestes élémentaires d’autonomie. Par la suite, nous avons pu l’amener doucement vers les apprentissages tels que lire, écrire, compter, raisonner. Bien des choses restent à faire encore et oui, il est et restera autiste toute sa vie donc handicapé. D’une déficience intellectuelle initiale, il est passé à une intelligence « supérieure » selon l’échelle de Wechsler (même si son profil reste hétérogène, ce qui est une des caractéristiques des autistes). Cette progression a été rendu possible par la détermination d’hyper-compétences chez Théophile (comme chez pratiquement tous les autistes). En les exploitant, nous avons faire émerger un mode de pensée et de réflexion atypiques certes mais en les cernant parfaitement, nous avons pu le faire accéder à des connaissances qu’il lui aurait été difficile d’acquérir par la voie « normale » (comme un enfant neurotypique, on va dire). C’est plus long, plus fastidieux mais cela fonctionne.
Alors oui, les professionnels et nous-mêmes n’avons pas compté nos heures. Nous, parents, avons eu des moments de profond découragements mais aussi des joies incroyables : quand Théophile a accepté de se saisir d’un crayon (il avait 9 ans), quand il a su faire du vélo seul (il avait 13 ans), quand il accepté une alimentation diversifiée (il avait 14 ans), quand il a récupéré son retard scolaire (c’est de cette année et forcément avec des hyper-compétences et des choses plus poussives mais il s’accroche !), etc.
Un autiste peut progresser à condition que la prise en charge soit tout à fait adaptée à son profil et qu’il y soit encouragé par le biais de techniques de remédiation qui doivent être parfaitement maîtrisées par les professionnels.les. Le respect de la dignité de la personne autiste et une bonne dose de bienveillance feront le reste !
Théophile a prévu de passer son baccalauréat dans quelques années. En cela, il défie le pronostic de départ qui ne prévoyait pas forcément qu’il sache lire, écrire, compter, raisonner...un jour. Le médecin de l’époque a eu l’intelligence de ne pas nous servir de « grandes espérances » mais a laissé entrevoir des possibilités qu’il nous faudrait saisir. Son discours tenait en cette phrase : je ne peux pas vous dire ce que votre fils deviendra mais avec un autiste, il y a toujours de la marge. Nous avons exploité cette marge avec toute la force de notre conviction et de notre amour pour notre fils, nous avons fait reculer les limites jour après jour et nous comptons bien ne pas nous arrêter là !"

Valérie Jeanneret. Maman de Théophile

Retrouvez également ici les étapes clés des apprentissages de Théophile
 

Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
Cliquez ici pour télécharger gratuitement votre livret "10 clés pour réussir son instruction en famille"
Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre