Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Comment évaluer les connaissances sans notes et sans contrôles ?

Il y a quelques jours, on m'a demandé comment il était possible d'évaluer les connaissances sans notes et sans contrôles. Un billet m'a semblé utile pour répondre à cette question.

Or, hier, j'ai cherché des informations puisque j'envisage de proposer une formation qualifiante dans un de mes domaines d'expertise (les dys). Lors de ces recherches, j'ai découvert ce qui était affiché comme une idée clé par une enseignante devenue formatrice : on ne propose pas une formation pour adultes comme on instruit un enfant. Curieuse, j'ai poursuivi ma lecture et j'ai alors lu qu'avec un enfant, l'enseignant est en position hiérarchique tandis qu'avec l'adulte formé, il est important de le considérer comme son égal et de le rendre acteur de sa formation.
Selon moi, c'est justement une des raisons des échecs actuels du système classique.

Pourquoi l'adulte devrait-il être en position hiérarchique supérieure ?
Parce que l'enfant peut bavarder par exemple ? Pourtant, je me souviens de réunions où il était difficile d'entendre l'intervenant tant les adultes étaient indisciplinés et bavards. Un adulte intéressé écoute. Un enfant intéressé écoute.
Certes, l'enfant peut avoir besoin d'intervention adulte car son cerveau n'est pas encore mature, mais pourquoi ne pas envisager les choses autrement ? L'enfant a lors besoin d'accompagnement bien plus que de hiérarchie.

Plus étrange : pourquoi l'adulte devrait-il être acteur de son apprentissage et pas l'enfant ?
C'est ici qu'entre le piège des notes et des contrôles. Avec des notes et des contrôles, la motivation première de l'enfant devient la bonne note.

Je vous propose de regarder les choses autrement :
Une mauvaise note atteste-t-elle d'un manque de connaissances ?
Combien d'enfants distraits ont répondu sans vraiment lire la consigne ? Combien étaient troublés par un évènement extérieur ? Combien n'ont pas compris la consigne ? Or ne pas avoir compris une consigne ne signifie pas ne pas savoir.
Et une bonne note, atteste-t-elle d'une connaissance durable ? A de nombreuses reprises, j'ai pu constater que non. Bien des enfants utilisent leur mémoire à moyen terme pour bachoter en vue d'un contrôle. Le jour J, ils réussissent parfaitement. Nombre d'entre eux ont pourtant totalement oublié les fragiles connaissances quelques mois plus tard, parfois même quelques semaines ou même jours !

Mais alors, comment s'assurer que les connaissances sont là ?
Et bien tout d'abord en créant un contexte favorisant le caractère pérenne des apprentissages. La première condition étant que l'enfant soit intéressé par ce qu'il réalise. La seconde condition est de multiplier les approches.
On retiendrait :
10 % de ce que nous lisons
20 % de ce que nous entendons
30 % de ce que nous voyons
50 % de ce que nous entendons et voyons
70 % de ce que nous disons
90 % de ce que nous faisons

Si je ne suis pas certaine que ces chiffres soient justes, c'est un fait nous retenons bien mieux lorsque nous voyons, entendons, formulons et agissons! 

Et justement, si vous êtes inquiet/inquiète et que vous aimeriez vous assurer que la connaissance est durable, vous pourrez vous en apercevoir au moment de la réappropriation de cette connaissance dans un nouveau contexte. ;)

 

Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
Ce billet est également à retrouver sur mon autre blog, Apprendre avec bonheur
Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre