Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Etude "Que deviennent les unschoolers ?" : La confiance facteur de réussite

Alors qu'un projet intitulé "Pour une école de la confiance" et prônant une méfiance accrue envers les familles sans école, alors que, selon des études statistiques réalisées lors de la journée Défense et Citoyenneté, plus de 11 % des jeunes de 16 à 25 ans lisent seulement un mot sur deux et que la compréhension est lecture est régulièrement faible, voire inexistante, je vous propose de découvrir les résultats d'une étude sur le unschooling réalisée par Peter Gray et Gina Riley (lien).

Cette étude a été lancée en mars 2013 sur Psychology today.
Elle s'adressait uniquement aux jeunes ayant grandi en unschooling, c'est-à-dire sans programme imposé, sans évaluations, mais avec un univers riche et un soutien parental proposé aux enfants.
Les jeunes devaient avoir plus de 18 ans et au moins deux années sans école durant leurs dernières années de lycée.

Si j'ai conscience que cette étude manque de fiabilité scientifique ( elle est basée sur le volontariat et de plus, ce sont essentiellement des femmes qui y ont répondu), elle complète mes propres analyses à propos du bac en 2017 et nous ouvre un vrai regard sur le devenir des jeunes unschoolers.

2017, résultats au bac de 25 jeunes sans école

Pour rappel ou information, en 2017, j'avais recensé via mes contacts personnels et les commentaires ajoutés par mes lecteurs, une analyse des résultats au bac de nos jeunes sans école, soit 25 jeunes recensés (il est probable qu'il y en ait plus, il s'agit de tous ceux portés à ma connaissance). Cette analyse est à retrouver ici.  Le taux de réussite était de 80 %. En lisant l'article en question, vous découvrirez cependant que c'est souvent un manque de codes scolaires (jeunes ayant surtout eu envie d'y aller "pour voir" et donc n'ayant pas cherché à acquérir ces codes) ou de souffrances scolaires intenses (jeunes ayant été déscolarisé récemment pour phobie, dys mal prise en compte à l'école) qui ont conduit à l'échec lors de cet examen.

Etude de Peter Gray et Gina Riley

Peter Gray et Gina Riley ont, quant à eux, retenu 75 témoignages d'anciens unschoolers âgés de 18 à 49 ans : 8 avaient moins de 20 ans, 48 avaient la vingtaine, 17 la trentaine et 2 la quarantaine.
Ils ont ensuite réalisé trois groupes :
  • Groupe 1 : aucune scolarisation
  • Groupe 2 : une ou plusieurs années d'école ou de modèle "école à la maison", mais aucune au-delà de la 6e année (6e pour la France)
  • Groupe 3 : au moins une année d'école ou de modèle "école à la maison" après la 6e année (6e pour la France)
Intérêts
88 % des jeunes ayant grandi sans instruction imposée sont intéressés par l'enfance. 70 % des membres du groupe 2 et 75 % du groupe 3 le sont également.

Etudes supérieures
83 % ont poursuivi ou poursuivaient des études supérieures, soit 75 % pour ceux n'ayant eu aucune instruction dirigée et 88 % pour le groupe 3.
Les jeunes n'ayant pas eu d'instruction imposée n'ont pas exprimé de grandes difficultés à apprendre les codes scolaires pour réussir les examens d'entrée ou tests suivants.
En revanche, ils ont souvent été très déçus car ils s'attendaient à trouver une émulation intellectuelle qu'ils ne rencontrent pas, découvrant fréquemment que leurs camarades ayant grandi à l'école préfèrent les fêtes "fraternelles" et boire.

Carrière
Dans le groupe 1 (jamais d'enseignement imposé), 79 % sont devenus des artistes. 33 % pour les autres groupes.
Dans le groupe 1, 63 % sont également des chefs d'entreprise. Ils sont 52 % pour le groupe 2 et 46% pour le groupe 3.
Statistiquement, les jeunes ayant grandi avec peu ou pas de contraintes scolaires sont donc plus entreprenants que la moyenne nationale des jeunes.

77 % indiquent une relation claire entre leurs intérêts d'enfants et leur métier actuel. Ils ont donc eu la possibilité de "se trouver" alors que la grande majorité des jeunes scolarisés tâtonnent, ne sachant pas vers quoi s'orienter.

73 % sont financièrement indépendants dans le groupe 1, 74 % dans le groupe 3 et 86 % pour le groupe 2. Pour eux, le plus important n'est cependant pas le salaire, mais un travail épanouissant. De plus, ils se contentent souvent de peu car, selon eux, l'essentiel n'est pas là.

Leur regard sur leur passé de unschooler
La plupart évoque la liberté et l'indépendance ressenties.
70 % évoquent également l'auto-motivation et l'auto-gestion.
Beaucoup sont heureux des opportunités d'apprentissage qu'ils ont eues et qui n'auraient pas été offertes à l'école.
Ils parlent également d'un glissement naturel avec une vie sociale plus saine puisqu'ils ont toujours côtoyé des personnes d'âge différent sans aucune distinction.

88 % pensent qu'il n'y avait aucun désavantage à cette expérience.
Les autres évoquent les critiques et jugements sur le choix d'instruction fait pour eux.
Environ 21 % se sont parfois sentis socialement isolés et 18 % évoquent un ajustement nécessaire entre leurs valeurs et celles des jeunes scolarisés toute leur vie.
Cependant 96 % jugent que les avantages l'emportent sur les inconvénients.

De plus, 78 % des jeunes ayant grandi sans aucune instruction imposée souhaitent reproduire le même choix d'instruction. Seuls 4 % ne le pensent pas et 7 à 8 % pour les groupes 2 et 3.

 
Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre