Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Dysphasique, il souffle à la maison avant d'aller au collège

 
 Photographie Pixnio

Aujourd'hui, je vous propose de découvrir le témoignage d'Elodie qui a instruit son fils durant 2 ans.
Après des années de difficultés et souffrance scolaire et ce-malgré des enseignantes attentives, il a pu apprendre autrement, retrouver son souffle, reprendre pied et désormais, il suit une scolarité dans de bonnes conditions.
Merci Elodie !


"Suivi depuis ses 3ans pour un retard de langage, Loulou a été diagnostiqué TSLO (dysphasie) à 5 ans... puis à la limite du hp, 1 an plus tard. Grosse surprise pour la maîtresse, mais elle comprenait enfin le pourquoi de certains comportements. Un PASTA (😂), maintenant appelé PAP a été mis en place. Il a ensuite eu la même maîtresse en CP et CE1 qui a bien compris la problématique et l'a très bien accompagné.
Nous avons déménagé dans un village où Loulou a fait son entrée en CE2. Suite à cette année catastrophique au niveau humain, nous l'avons déscolarisé. L'institutrice semblait faire des efforts mais elle confondait trouble du langage écrit et trouble du langage oral... cela n'a strictement rien à voir. Tous les soirs, je devais refaire les cours de la journée à la maison pour qu'il comprenne et qu'il puisse faire correctement ses exercices. Il était épuisé physiquement et moralement. Scolairement, il avait des très bonnes notes car le côté hp prenait le dessus, une fois compris, c'était un TGV mais le prix à payer humainement pour la compréhension, était énorme. Il a commencé à se plaindre de l'école, émettait le souhait de ne plus y aller (chose très étonnante vu son caractère, qui a alerté nos familles proches également ), et surtout, il a développé des TICS faciaux (port de tête, bouche, yeux). Tous les soirs, je devais prendre connaissance de la leçon du jour, faire des recherches pour expliquer différemment, puis lui refaire le cours... épuisant pour un enfant qui avait déjà passé toute une journée à travailler et à compenser car les aménagements n'étaient pas respectés. Épuisant pour moi, qui en 3h, devais faire toutes ces recherches, et les lui transmettre.

Le dernier trimestre, j'ai commencé à me renseigner sur l'instruction en famille. Je voulais me renseigner correctement avant de proposer cette alternative à mon mari. Il faut savoir que nous sommes originaires d'un pays pauvre où l'excellence scolaire est très importante pour s'en sortir dans la vie voire pouvoir aller à l'étranger. Je tenais donc à bien préparer les choses avant d'en discuter avec lui. Sceptique au début, il a néanmoins écouté et a vu les TICS faciaux s'amplifier. Son frère a fini de le convaincre car sa fille a été instruite en famille pendant quelques années (au Canada).
La décision a été prise, nous avons attendu le dernier jour d'école pour en parler à notre enfant. Nous avons expliqué que le rythme actuel était trop intense et qu'on voyait son mal être, nous avons souligné que à tout moment, s'il le souhaitait , il pouvait retourner à l'école. Le lendemain, les TICS faciaux ont complètement disparu!!!
 
J'avais décidé de me passer de CPC car je n'avais pas envie de dépenser de l argent dans des cours que, au final , j'aurais été obligée d'adapter. J'ai commencé à réunir les supports pendant l'été en posant des questions sur les manuels aux autres parents et à mon amie institutrice ( un grand merci à elle), en feuilletant pour voir si c'était adapté ou si les adaptations à faire n'étaient pas trop importantes. Il fallait que ce soit essentiellement visuel. Ce fût un cheminement, on teste, on voit si ça marche, en cas d'échec, on utilise autre chose. Le unschooling était exclu pour lui car il était extrêmement passif, en aucun cas acteur des ses apprentissages, il ne jouait pas, ne lisait pas, ne s'intéressait pas aux choses. Mais la dysphasie atteignant la sphère verbale, il était indispensable de passer par l'écrit pour développer sa communication orale et donc d'être scolaire.
La mise en place fût longue, avec un état des lieux de ses apprentissages. Il a fallu reprendre le programme de CE2 et dans la continuité enchaîner avec le CM1 et l'année d'après le CM2. Il n'était absolument pas autonome, il a fallu développer petit à petit cette aspect. Au départ, un tableau avec ce qu'il y avait à faire sur des post-it, puis à déplacer dans la colonne "fait". Il travaillait sur des polycopiés qui lui permettaient de soulager l'écriture qui lui faisait mal à la main. Mais ce tableau n'a pas marché, le problème d'écriture a persisté , je l'ai passé sur ordinateur. J'avais installé et paramétré des logiciels dys et OneNote qui lui servait d'agenda et de classeur. Et là, ce fût une révélation pour lui, sa vitesse de traitement a triplé, il était heureux, et il a commencé à vraiment être autonome. 

 On se concentrait essentiellement sur les matières principales:
- En français, je variais les supports: exercices sur internet, coloriages magiques, manipulations montessori.
- En maths: j'utilisais la méthode Singapour agrémentée de manipulations montessori.
Les exercices sur un chapitre étaient quotidiens car il aimait la répétition pour apprendre.
-en géométrie : avec un gros problème d'orientation dans l'espace, il a passé la première année sur des quadrillages avec succès , puis il est passé sur ordinateur pour les figures via le logiciel Mathéos qui avait une interface visuelle simplifiée car Geogebra était visuellement trop fournie. Et pour finir, il s'est passé d'ordinateur pour manipuler les instruments. On utilisait des cartes aux trésors, des figures artistiques les lettres de l'alphabet etc etc
Les autres matières étaient annexes, cela venait au grès des discussions, des sujets d'actualité, et de ses intérêts, toujours de façons visuelle par des vidéos, des BD (par exemple l'Histoire de France), des livres documentaires très illustrés.
Pendant ces 2 années d'ief, nous avons vu notre enfant évoluer de façon spectaculaire. Rétrospectivement, j'attribue sa passivité à la fatigue mentale de l'école qui ne lui laissait pas les disponibilités intellectuelles en fin de journée,pour lire et jouer mais simplement, se poser devant la télé. Le changement de rythme a été salutaire, il a commencé à s'ouvrir, à lire et s'intéresser à des sujets. Il allait de lui même chercher les informations, choses impensables 2 ans en arrière. En milieu d'année de CM2, il avait son tableau/agenda pour la semaine, le contrat était qu'il soit fini le vendredi soir, à lui de s'organiser, d'organiser ses journées comme il voulait. Assez souvent il avait la satisfaction d'être en week end le jeudi soir car il avait décidé de prendre de l'avance. Une fierté pour lui. Il était reposé et il ouvrait son esprit au monde. Il a gagné énormément en autonomie. Bref il a changé et nous étions heureux pour lui.

Il a demandé à être rescolarisé en 6ème. J'ai préparé ce retour en éliminant petit à petit l'ordinateur pour voir si ça allait mieux en écriture. Devant le succès, j'ai diminué les aménagements également pour voir qu'est ce qu'on pouvait laisser ou pas. Depuis septembre, il va au collège, s'est très bien adapté, il remarque parfois un décalage de maturité avec ses copains. Il s'est bien acclimaté, au final, l'expérience qu'il a gagnée lui a permis de développer des stratégies pour compenser, mais compenser sainement sans fatigue. Est ce que ça va durer ? Je ne sais pas, nous laissons la porte ouverte aux aménagements si besoin. Il sait également que la retour à la maison est possible si besoin ou si l orientation scolaire proposée ne lui correspond pas."


 

Merci d'avoir lu cet article et à bientôt !
Moi-même je propose des supports pédagogiques adaptés aux enfants dys, cliquez ici pour  les découvrir et télécharger gratuitement votre livret "10 clés pour réussir son instruction en famille"
Découvrez les nouveaux billets en vous inscrivant à la newsletter située en haut à droite du blog : clic sur "S'inscrire".

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre