Accéder au contenu principal

La loi a changé, mais l'instruction en famille reste l'instruction en famille !

Régulièrement des erreurs paraissent ici et là. Article pour faire le point au 3 février 2023 avec 3 temps : - Les raisons du changement législatif - Les modalités des contrôles - L'organisation Les raisons du changement législatif Ce matin, j'ai pu lire que ce serait en raison de contrôles négatifs trop fréquents. C'est faux. Les rapports de la DGESCO ( ici et là ) ont toujours établi le contraire avec une quasi totalité de contrôles positifs ! Quand on connaît en plus les attentes pour les familles sans école, on ne peut que douter d'une telle raison. Ainsi, parmi les excès de zèle, la semaine dernière encore, une maman s'inquiétait tant l'inspecteur était allé chercher la "petite bête". La fillette avait réussi tous les exercices demandés, il a regardé le cahier et s'est focalisé sur un "b" écrit "l" en début d'année.. pour une enfant de CP ! Heureusement, la majorité des contrôles se passent bien et les personnes en cha

Le droit d'exercer son rôle de parent : le droit d'instruire son enfant

A huit jours de la rentrée, parfois moins, bien des familles, bien des enfants ne savent toujours pas où ils apprendront à la rentrée !!

Un article à retrouver ici pour dénoncer l'histoire d'une famille où le plus grand peut être instruit en famille grâce aux contrôles positifs des années précédentes et un refus pour le plus petit... 

Sur facebook (lien), des familles témoignent de leur histoire et des refus injustifiés reçus. 

La fédération FELICIA propose un dossier pour saisir le tribunal administratif (lien là), ce qui n'est pas gratuit alors que les familles ne devraient pas entreprendre ces démarches, la loi n'étant pas appliquée.

Des élus interpellent le ministère: liste ici. Est-ce qu'enfin la loi sera appliquée partout ? C'est-à-dire le fait que lorsqu'un dossier est complet, qu'un projet pédagogique respectant les indications demandées par la loi est réalisé, l'enfant a droit à un accord !

Face à ce qui se passe depuis près de 2 ans, difficile de ne pas être sonné ! Comment un pays comme la France qui revendique Liberté Egalité Fraternité dans sa devise peut-il en être rendu là ? 

Même en montrant patte blanche, même en donnant des détails parfois très personnels, même avec des dossiers de 20 à 70 pages, même avec des situations parfois très difficiles (au moins un enfant est allé jusqu'à vouloir mourir tant son parcours scolaire a été difficile et parce qu'un refus d'accord l'a bouleversé !), rien ne garantit un accord... 

Où est la fraternité ? 

Où est l'égalité ?  Que ce soit en termes d'accord (les réponses sont différentes en fonction des académies, certains vont jusqu'à 100 % de refus !) ou en termes de droit d'apprendre autrement ! Bon sang nous  ne sommes pas obligés d'exercer tous le même métier dans la même structure, nous avons même le droit de travailler en indépendant. Pourquoi les enfants devraient-ils tous apprendre dans un même lieu ? de la même façon ? Alors même que les classes sont surchargées, que bien des enseignants démissionnent, on veut imposer l'école à des enfants dont les parents sont prêts à s'engager  pour leur instruction, à des enfants parfois en grande souffrance... 

Où est la liberté lorsque même en respectant la loi, en consacrant des jours et des jours à un dossier, on se voit opposer un refus au motif qu'un enfant de 3 ans doit apprendre à se lever pour aller au travail (ce sont les propos d'une académie dont j'ai oublié le nom)... ?

 Cessons de considérer les parents qui veulent instruire leur enfant comme des présumés "séparatistes"... Ce n'est pas le cas... Le rapport fourni après la décision du conseil constitutionnel l'a établi : il n'y a AUCUN lien entre la radicalisation et l'instruction en famille... La majorité des parents veut seulement s'occuper de son enfant. De plus la majorité des enfants vont à l'école  dès l'âge de 6 ans ou après 2 ou 3 ans d'instruction en famille... C'est un choix comme celui de choisir une nounou plutôt qu'une crèche. Est-ce que si l'instruction en famille est perdue, la prochaine décision imposée sera celle d'une crèche imposée pour tous ? 

Il y a 2 ans, je ne croyais pas que bien des familles sans école endureraient un parcours du combattant comme elles le vivent aujourd'hui avec, de plus, la possibilité de ne pas obtenir gain de cause pour la rentrée... 

Alors parce que je ne peux pas rester silencieuse face à ce qui se passe, j'élève ma voix ici pour indiquer ma solidarité auprès des familles dans le doute et de celles qui ont peur pour les années à venir. 

Pourtant, après des semaines où des familles m'ont fait part de refus injustifiés, enfin certains reçoivent des accords positifs. Tout cela est dû aux familles qui se battent pour leurs droits, aux associations très mobilisées, aux élus qui s'engagent à nos côtés, aux médias qui relaient ce qui se passe. 

Au bout d'un tunnel, il y a une lumière, ne l'oublions pas. Essayons de prendre soin les uns des autres, d'être solidaires... et communiquons si besoin car nos enfants en ont besoin...

 
Vous cherchez des outils sur l'instruction en famille, cliquez ici pour télécharger gratuitement votre livret "10 clés pour réussir son instruction en famille", pour découvrir mes autres outils dont programmes complets. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction en famille / Ecole à la maison soumise à autorisation à compter de septembre 2022

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021/22, l'instruction en famille est libre. Il suffit de réaliser plusieurs déclarations. Formalités à r etrouver ici . A compter de l'année scolaire 2022/23, l'instruction en famille sera soumise à autorisation et c'est dès à présent qu'il faut y penser ! Rappel : Instruction entre 3 et 16 ans "L'instruction est obligatoire pour chaque enfant dès l'âge de trois ans et jusqu'à l'âge de seize ans ." Article L.131-1 du code de l'éducation 8 situations : maladie de l'enfant empêchant la scolarisation handicap empêchant la scolarisation pratique sportive ou artistique intensive itinérance des personnes responsables éloignement géographique de tout établissement scolaire public  situation propre à l'enfant motivant le projet éducatif harcèlement scolaire enfants sans école en 2021/22 avec rapport positif Pour TOUS : Demande d'autorisation au directeur d'académie du département d

CNED réglementé

Les cours par correspondance du CNED peuvent être "libres" ou "réglementés". Contenu des cours Libres ou réglementés, les cours sont identiques. En version libre, on peut opter pour des cours à la carte (seulement certaines matières). Pour le CNED réglementé, l'ensemble des matières est suivi, un minimum de devoirs est imposé afin de valider l'année scolaire. CNED réglementé : Enfants scolarisés et non instruits en famille Dans la version libre, les inscrits sont considérés comme instruits en famille tandis que les enfants du CNED réglementé sont considérés comme scolarisés . Il est possible de bénéficier de l 'allocation de rentrée scolaire , ce n'est pas le cas pour le CNED libre. Des bulletins de notes sont délivrés et un conseil de classe valide le passage dans la classe supérieure des inscrits au CNED réglementé. Selon le ministère, environ 15 000 enfants de 6 à 16 ans (âge instruction obligatoire) étaient concernés en 2014/201

Décision Conseil d'Etat sur l'instruction en famille

Le 13 décembre 2022, le Conseil d'Etat a statué sur les décrets visant à préciser la demande d'autorisation désormais nécessaire pour les familles françaises.  Et sa décision est, pour moi, ainsi que pour de nombreuses familles un choc. En effet, sans surprise, ils ont validé des décrets visant : à imposer le bac pour la personne en charge de l'instruction (y compris pour des petits de 3 ans),  ils ont confirmé les délais (dossiers entre le 1er mars et le 31 mai alors que bien des familles ont besoin de déscolariser entre décembre et février... ) Pour ce dernier point, il serait cependant envisagé un peu plus de souplesse pour les situations en cours d'année. confirmé le dossier conséquent à réaliser en amont  Mais ils ont ajouté une condition : “Pour la mise en oeuvre de ces dispositions [...] au vu de la situation de l’enfant, quels sont les avantages et les inconvénients pour lui de son instruction, d’une part dans un établissement ou école d’enseignement, d’autre